AUTOstyle-photographie
Peugeot 308 GTi

La renaissance d’un mythe ! GTi, trois lettres qui n’avaient plus fait battre les cœurs des passionnés de Peugeot Sport depuis plusieurs décennies. Tout le monde a en mémoire les mythiques 205 et 309 GTi, stars des années 80 qui ont fait battre le cœur de beaucoup de passionnés

En 2010, Peugeot avait lancé la 308 GTi qui manquait cruellement de sportivité, équipée du 1.6 THP de 200 ch, celle-ci n’avait pas convaincue les puristes avec son look tout sauf sportif et des accélérations linéaires.

En 2015, Peugeot revient avec cette même 308 GTi mais de seconde génération. Cette fois-ci Peugeot n’a pas commis deux fois la même erreur ! Au programme le 1.6 THP qui culmine à 270 ch, une esthétique et un intérieur spécifiques, un châssis digne des meilleurs de sa catégorie ! La patte de Peugeot Sport est belle et bien là !

Face à ses concurrentes et surtout sa cousine la Mégane R.S 275, la 308 GTi millésime 2015 a-t-elle les armes assez solides pour faire face ? Fait-elle mieux que la Mégane ?

La 308 montre les crocs ! Pour les connaisseurs, la griffe GTI saute aux yeux. En revanche, pour quelqu’un qui ne s’y connait pas, il est plus compliqué de différencier la GTI des autres 308. Difficile de savoir qu’elle cache 270 chevaux sous son capot !

La discrétion et la sobriété sont donc les maîtres mots de cette voiture. La ligne n’est clairement pas très sportive : les ailes ne sont pas élargies contrairement à la Megane RS par exemple.
A l’avant, la lame rouge interpelle le regard, encore plus sur notre version d’essai blanc perlé. Cette lame est spécifique à la version GTI. La calandre reprend un motif à damier, pas de grande surprise au menu!

A l’arrière, on retrouve le diffuseur noir brillant et les deux grosses sorties d’échappement ronds (un de chaque côté) ainsi que le sigle GTI.

Côté liaison au sol, on retrouve des jantes de 19 pouces du plus bel effet chaussées de Michelin Pilot Super Sport 3 235/35/19. A l’avant, les étriers à 4 pistons paraissent énormes! Revêtus de rouge, ils affirment tout de suite le caractère de la GTi.

Avec une vitesse maximale de 250 km/h, le freinage a été renforcé avec des disques de frein ventilés de 380 mm de diamètre et la hauteur de caisse rabaissée de 11 mm.

Si vous ne souhaitez pas passer inaperçu, il vous faudra opter pour l’option coupe franche à 1800 euros qui vous permettra d’avoir la peinture rouge et la coupe franche noire. Alors, à vous la sportivité extérieure… Sportivité et confort.

Ce qui surprend quand on pénètre à l’intérieur de cette 308 GTI, c’est cette impression de déjà vu. En effet, si vous avez parcouru nos articles, vous avez dû vous rendre compte que la 308 GT et la 308 GTI possèdent le même intérieur. Dommage ! Ceci dit, l’intérieur est à l’image de l’extérieur : très joli mais pas assez sportif.

Au premier abord, l’intérieur est plus qu’accueillant. Les surpiqûres rouges égaient le tout sur fond de cuir et d’alcantara.
Derrière le volant, les compteurs sont inversés comme dans la GT : tachymètre à gauche et compte-tours à droite mais l’on s’y fait très vite. Malheureusement, rien dans ces compteurs ne rappelle qu’il s’agit d’une GTI.

Le ciel de toit noir donne une impression confinée mais la luminosité est au rendez-vous si vous ouvrez le toit panoramique en option (610€). L’écran qui regroupe l’intégralité des commandes nous paraît toujours aussi désuet et peu réactif. On y retrouve, comme dans la GT, la gestion de l'air conditionné, le gps, les paramètres de la voiture et le système audio.

Depuis l’intérieur de la voiture, il est possible de passer en mode sport. Dans l'habitacle, le son est 100% atificiel, système repris à la GT avec un son retravaillé et renvoyé dans les hauts parleurs. L’échappement manque, pour nous, de sonorité. Compte-tenu des 270 chevaux, nous nous attendions à un rugissement plus bestial ! Certes, au démarrage à froid, le son de l’échappement est rauque tant que les clapets sont ouverts, à savoir pendant une trentaine de secondes. Une fois les clapets fermés, la différence est évidente et le son s’avère finalement décevant voire inexistant.

La lionne indomptable ? Avec un bloc repris à sa petite sœur GT, Peugeot embarque le 1.6 THP d’origine BMW qui développe cette fois 270 chevaux, 65 de plus que sa petite sœur. Le couple quant à lui grimpe à 330 Nm. Avec un poids annoncé de 1 200 kg, les accélérations et relances sont vives et franches !

Le 0/100km/h est annoncé en 6 secondes, ce qui est 2/10ièmes de plus que la Mégane RS et 3/10ièmes de mieux que la Golf GTI Clubsport de 265ch.

L’aiguille de droite s’affole, le plaisir est disponible de 2500trs/min à 6 500trs/min. Le point de rupture moteur arrive à grande vitesse ; lors de notre essai, il nous est arrivé à plusieurs reprises de titiller celui-ci tellement le bloc donnait envie de jouer dans les tours.

Gare aux pilotes amateurs : lors de grosses accélérations, il est préférable de garder les mains bien cramponnées au volant car celui-ci renvoie de violents retours de couple et le train avant a tendance à danser de gauche à droite !
Ce n’est pas une lionne pour rien !

Cette 308 GTi dispose d’un châssis excellent ! Elle se place très bien en courbe, le différentiel arrière joue bien son rôle ce qui permet au train arrière de suivre la cadence sans sourciller ! On regrettera une direction un peu floue et qui remonte très peu d’informations sur la route. Les amortisseurs manquent de fermeté, ce qui accuse un léger roulis en virage appuyé mais apporte un meilleur confort, ce qui vous permettra de faire de longues routes sans problème.

Côté freinage, la GTi n’est pas en reste. Equipée de disques ventilés sur bol de 380mm avec étriers à 4 pistons, les freinages sont incisifs et endurants.

Au quotidien, la 308 GTi est douce et agréable à conduire. Le levier de vitesse et l’embrayage sont souples. Seul point négatif, dans les bouchons, la boite de vitesse a tendance à donner de petits à-coups pas très agréables.
Il faut être franc, le périphérique parisien n’est pas son terrain de jeu !


Un retour plus que réussi !

Peugeot n’avait pas sorti de voiture aussi fun depuis les 205 et 309 GTi dans les années 80. Aujourd’hui, Peugeot a su recréer ce mélange pour créer une auto désirable, performante et agréable.
Avec de tels arguments, la 308 GTi vient jouer sur les plates bandes de la Mégane R.S.

Avec un tarif de base de 37 400€, notre modèle d’essai culmine lui à 39 840€. Elle se situe dans le haut du tableau avec un prix d’entrée de gamme plus élevé de 5 000 € par rapport à la Mégane RS et 2 000 € par rapport à la Civic Type R.

Avec cette 308 GTi, Peugeot a une très bonne base pour réaliser un modèle radical. Seul un show car roulant a été présenté lors du salon de l’automobile de Francfort 2015, baptisé 308 R hybrid ! Au menu, le 1.6 thp de 270ch accouplé à un bloc électrique de 115ch le tout cumulé grimpe à 500ch et 730 Nm !!!
Elle offre 4 modes de conduite, ZEV 100% électrique (115ch), Hybrid (270ch), Hybrid Sport (400ch) et Launch Control (500ch). Le 0/100km/h est abattu en 4s, de quoi jouer avec les grandes de la catégorie, A45 AMG et RS3 !

Peugeot nous fait rêver avec ce genre d’auto en faisant parler leur savoir-faire; aujourd’hui, il faudrait réaliser ce rêve et montrer que les français peuvent aller jouer avec les allemands et leurs compactes bodybuildées.



On a aimé:
- son design
- son confort et dynamisme
- nervosité du 1.6l

On a moins aimé:
- pas de boutons physiques pour le système de ventilation
- retour de couple important dans le volant
- prix de base élevé



Fiche technique:
Moteur: 4 cylindres turbo
Cylindrée: 1 598 cm3
Puissance: 270 ch à 6 000 trs/min
Couple: 330 Nm à 1 900 trs/min
Poids: 1 205 kilos
Boite de vitesses: manuelle 6 rapports


Performances:
0 à 100 km/h: 6 s
Vitesse max: 250 km/h
Consommation mixte: 6 l/100km


Tarifs:
Tarif de base: 37 400€
Modèle essayé: 39 840€




Publié le 06/07/2016