AUTOstyle-photographie
Peugeot 308 GT

Peugeot enfin de retour avec une vraie GT: Peugeot ne disposait plus de version sportive dans sa gamme de modèles compacts depuis la très discrète 308 GTi 200ch de deuxième génération en 2013. Depuis janvier 2015, les choses ont changé, Peugeot s’attaque à son modèle phare avec l’arrivée de la 308 GT. Au menu, un bloc THP de 205ch accouplé à une boite manuelle à 6 rapports, teinte extérieure bleu magnetic, kit carrosserie, jantes 18 pouces, sièges semi-baquet en cuir, mode sport, châssis retravaillé.

Sur la route, cette GT a pas mal d’arguments pour prouver qu’elle n’est pas badgée GT pour faire joli ! Avec son bloc THP, cette 308 GT est nerveuse et demande à monter dans les tours en conduite sportive, zone rouge à 6 500 t/min. En mode sport, la voiture se transforme, les compteurs du i-cockpit se parent de rouge, la pédale d’accélérateur est plus réactive, la direction plus lourde et pour finir, le système de haut-parleurs renvoie un son moteur amplifié et 100% artificiel ! On aime ou pas…

Une qualité de finition et d’assemblage impeccable, ce qui lui a valu le titre de meilleure voiture de l’année 2014. Dans sa catégorie, la bataille est rude. Elle fait face à sa principale adversaire, la Mégane IV GT 205ch, tout juste arrivée sur le marché mais d’autres prétendantes l’attendent au tournant: Golf 7 GTE, Pro Cee’d GT.
La 308 GT a-t-elle des arguments assez solides pour faire face ?

Un look chic et sportif : Peu de changements esthétiques à l’extérieur pour cette GT en comparaison à un modèle de base. Peugeot a vraiment mis l’accent sur le GT et non sur le sport, quelques subtiles modifications pour allier sportivité et luxe. La 308 GT arbore une signature lumineuse avant et arrière full led avec des indicateurs de directions à défilement logés au-dessus des entrées d’air sur la partie basse du pare choc avant.
Les entrées d’air avant et le diffuseur arrière avec canules d’échappement rectangulaires intégrées se voient recouverts de noir laqué.

La calandre, la lame avant et les cerclages de vitrage latéraux sont recouverts de chrome, très élégant !

Détails qui ne trompent pas, les jantes diamantées 18, les bas de caisse et la teinte spécifique bleu magnetic se chargent du côté sportif. Pour assoir ce look sportif, on notera l’assiette rabaissée à l’avant de 7 mm et 10 mm à l’arrière.

Une finition haut de gamme! Depuis la sortie de la 208, Peugeot intègre systématiquement son i-cockpit à l’ensemble de sa gamme.
Qu’est-ce que le i-cockpit ? C’est l’ensemble compteurs et petit volant, les compteurs sont positionnés haut sur la planche de bord façon vision tête haute. Couplé à un petit volant, la sensation de conduite est très agréable. Petit reproche, nous aurions aimé que ces compteurs soient tournés vers le conducteur car il y a toujours un décalage d’une demi graduation avec les aiguilles de carburant et de température.
On notera aussi une inversion des compteurs, tachymètre à gauche et compte tours à droite, c’est assez perturbant les premiers jours. Le pourquoi de cette inversion est logique car sur la 308 l’aiguille du compte tour est inversée, elle monte de droite à gauche à la façon d’une Aston Martin. Disposé entre les compteurs, un écran indépendant de celui de la planche de bord remonte au conducteur les informations sur l’auto, la navigation et surtout celui-ci permet de paramétrer le régulateur adaptatif en option dans le driver assistance pack.

Avec la 308, Peugeot a fait la chasse aux boutons inutiles sur la planche de bord. Pour permettre ce tour de passe-passe, tout a été centralisé sur l’écran tactile 9,7 ‘’. Ce dernier regroupe toutes les fonctions de l’auto, navigation, radio, téléphone, répertoire, paramétrage et le système de climatisation. Pour ce dernier, nous regrettons qu’il ait été déplacé sur l’écran tactile car cela implique de devoir quitter la route des yeux, impossible de se fier au toucher comme avec une climatisation physique.

L’écran manque de sensibilité mais est réactif dans le changement de catégories.

Cette version GT fait le plein de sportivité dans son habitacle, les sièges semi-baquet sont du plus bel effet (cuir en option) et très confortables ! Les compteurs se parent d’un fond en relief à damier, le levier de vitesse a été légèrement retravaillé pour émettre un son métallique à chaque passage de rapport et se voit greffer un pommeau en aluminium. L’ensemble pédaliers et repose pied est quant à lui fabriqué en aluminium. Dernier détail et pas des moindres, l’habitacle est entièrement recouvert jusque sur le tableau de bord de surpiqures rouges, ce qui accentue le côté sport.

Côté technologies embarquées, la 308 GT n’est pas en reste: régulateur adaptatif qui maintient et ajuste la vitesse en fonction du véhicule suivi couplé au freinage d’urgence et alerte risque de collision, surveillance d’angle mort avec retour par diode au niveau des rétroviseurs extérieurs.

Un comportement digne d'une GT! Le 1.6l THP d’origne BMW développe 205ch avec 285Nm de couple disponible de 1 750 à 6 000 tr/min! Pour la version diesel, 180ch avec 400Nm disponible de 2 000 à 3 750 tr/min. Avec un couple disponible aussi bas, les relances du THP sont vives et pas besoin de rétrograder et enfoncer la pédale de droite.
La boite manuelle 6 rapports, il faut le reconnaitre, n’est pas à la hauteur, rapports trop courts, boite qui accroche, elle ne nous a pas convaincu ! Vraiment dommage. Malheureusement, pour se consoler, pas de boite automatique, uniquement disponible sur la version diesel...

Situé juste à côté du bouton stop/start, le bouton sport: quand le conducteur presse ce bouton pendant une seconde, la cartographie de l’auto se transforme, pédale d’accélérateur plus réactive, direction plus lourde, les compteurs s’illuminent de rouge et détail pour les oreilles, les haut-parleurs renvoient un son moteur retravaillé.
Pour ce dernier détail, les avis divergent, le son n’est pas déplaisant mais le rendu est intriguant, une impression de V8 enrhumé. On aime ou on n‘aime pas...

Les ingénieurs de chez Peugeot ont fait du très bon travail, un excellent chassis et un bon moteur garantissent un plaisir assuré. Les principales modifications apportées se concentrent sur les trains roulants et le freinage.

Sur la route, la GT est très confortable, malgré une augmentation de la raideur de l’amortissement de 20% et une réduction de la hauteur de caisse de 7 mm à l‘avant et 10 mm à l’arrière, elle reste agréable à conduire sur route abimée. Quand la cadence augmente, le chassis est d’une rigeur exemplaire!
La direction est précise et réactive, ce qui permet de placer la voiture à l’endroit voulu mais gare sur sol humide, une arrivée trop rapide dans un virage et c’est le sous virage assuré! Il est bien beau de rouler à cadence soutenue mais il faut bien arrêter les 1 200 kilos de l’auto, pour cela le système de freinage a été entierement revu. Pistons revus, disques avant de 300 mm et 268 mm à l’arriére. De série, l’ESP est déconnectable.

Parlons consommation de carburant pour finir cette partie motorisation et comportement. Sur ce point, Peugeot revendique 5.6l/100km en cycle mixte. Bon, entre les tests en laboratoire et les conditions réelles, notre GT a consommé en moyenne 8.3l pour 100km à allure soutenue et 6,8l sur autoroute à 110 km/h.

Nous sommes loin des chiffres annoncés mais cela reste dans la moyenne pour ce genre de motorisation.

La meilleure GT française? La 308 GT a de sérieuses rivales ! Sa principale, française, la Mégane 4 GT avec ses 4 roues directrices annonce la couleur en matière de tenue de route. Equipée d’un 1.6l de 205ch, elle joue à part égale côté puissance, petit plus la Mégane GT dispose d’une boite automatique à double embrayage. Côté look intérieur et extérieur, la Mégane se positionne avec un look beaucoup plus typé sport. Côté finitions, la Mégane est un poil en dessous de la Peugeot.

Avec un tarif de base de 31 100€ pour la version essence et 34 400€ pour la version diesel, la 308 se positionne dans les tarifs de base de la catégorie. Notre modèle d’essai grimpe quant à lui à 35 960€.

Le bilan pour cette 308 GT est excellent! Une base très appréciée pour son design, ajoutez à cela une finition sportive et luxueuse, un moteur et un chassis aux petits oignons et vous obtenez la meilleure GT française du moment et cocorico, elle est la seule de la catégorie à être fabriquée en France, à Sochaux.


On a aimé:
- son design
- son confort et dynamisme
- le couple disponible à bas régime

On a moins aimé:
- pas de boutons physiques pour le système de ventilation
- la boîte de vitesses mal étagée



Fiche technique:
Moteur: 4 cylindres turbo
Cylindrée: 1 598 cm3
Puissance: 205 ch à 6 000 trs/min
Couple: 285 Nm à 1 750 trs/min
Poids: 1 200 kilos
Boite de vitesses: manuelle 6 rapports


Performances:
0 à 100 km/h: 7.5 s
Vitesse max: 235 km/h
Consommation mixte: 5.6 l/100km


Tarifs:
Tarif de base: 31 050€
Modèle essayé: 35 960€




Publié le 10/02/2016