AUTOstyle-photographie
Lexus RC300h

Soleil levant : Lancée en France en janvier 2016, Lexus présente la RC300h comme le « premier coupé sportif Premium Full Hybride au monde » et nous rappelle que celui-ci a été conçu sur le célèbre circuit du Nurburgring.
Concurrente directe des BMW Série 4, Audi A5 et autre Mercedes Classe C, elle est pourtant moins répandue sur nos routes que ses cousines germaniques. A titre d’exemple, Lexus immatricule en France 13 fois moins de voitures que la marque aux anneaux.

Avec son design ultra sportif, la RC tire son épingle du jeu. Face à des Européennes qui s'habillent d'un design sobre, la Lexus ne passe pas inaperçu dans les rues. Beaucoup de passants tourne la tête pour la regarder passer.

La RC300h embarque un bloc 4 cylindres en ligne de 181 ch couplé à un bloc électrique de 143 ch, elle développe donc 223 ch. Sur la balance, elle accuse un poids de 1 775 kg pour une vitesse maximale de 190 km/h. Via une molette dédiée, vous aurez le choix entre trois modes de conduite, Eco, Normal et Sport/Sport+. De série sur notre finition F-sport, elle reçoit une suspension variable adaptative, des jantes de 19 pouces, des siéges baquets en cuir.

Avec cette RC300h, Lexus réactive sa fibre écolo qui a fait son succès. Est-ce au prix des performances ?
C’est ce que nous allons voir dans la suite de notre article…

Design hors du commun : Avec comme grande soeur une certaine Lexus LFA, le design de notre RC300h dans cette finition F-sport ne pouvait être qu'impressionnante! Des lignes tendues, taillées à la serpe, on reconnait bien là le design japonais.

La face avant est ultra agressive avec cette calandre trapézoidale surplombée du gros logo Lexus, ses feux full led soulignés par des clignotants eux aussi à led en forme de "virgule" très étirée comme une célèbre marque de sport. Pour renforcer encore un peu plus son allure sportive, deux prises d'air sont greffées sur les flancs, ce qui améliore par la même occasion la stabilité à haute vitesse.

L'arriére recoit le même traitement, optiques à led en forme de "L", diffuseur noir surlignant deux grosses sorties d'échappement placées de chaque côté du pare choc, prises d'air à ailettes sur les flancs.

De profil, la RC affirme son look de grand coupé haut de gamme: des lignes tendues, de petites surfaces vitrées, des jantes de grand diamétre. Tous les ingrédients sont réunis.

Notre modèle était équipé en option du pack F-sport incluant les jantes à 10 doubles branches bi-ton de 19 pouces ainsi que la calandre "trapézoïdale" qui recoit un motif en nid d’abeilles et est plus large et plus basse que sur toute autre Lexus.

Sportivité et confort :

Lorsque l’on pénètre dans la RC300H, la première impression est déroutante. En effet, l’intérieur n’est en rien comparable à nos standards européens mais est plutôt agréable dans son ensemble.

Les sièges baquets offrent un confort tout simplement royal et vous permettront d’avaler les kilomètres sans aucun risque de douleur au dos. Ceux-ci ne sont disponibles que sur la version F-sport. La couleur des sièges de notre modèle d’essai, jaune pâle, est tout simplement magnifique et amène tout de suite un côté luxueux en parallèle du ciel de toit noir qui apporte quant à lui le côté feutré et sportif.
De série sur notre version, ces derniers sont chauffants et ventilés. Très agréable lors de notre essai, avec 35 degrés de moyenne, un petit souffle d’air frais à l’entrejambe et dans le milieu du dos est le bienvenu par ce temps.
Autre élément disponible uniquement sur la version F-sport, les compteurs. Ceux-ci sont tirés de la seule et unique supercar Lexus mais pas des moindres : la mythique LFA ! En effet, en mode sport, le cerclage coulisse légèrement sur la droite pour se positionner au centre bien en face du conducteur. De plus, il regroupe les principales données liées à la conduite: compte tours, vitesse, température moteur et jauge de carburant.

Le design intérieur est exclusif avec un cockpit centré sur le conducteur. Au centre, un écran 7 pouces qui regroupe l’intégralité du système multimédia et de la navigation. Cependant, la planche de bord semble d’une autre époque et tranche particulièrement avec le style extérieur de la voiture, résolument moderne.

Pour les amoureux de musique, Lexus propose en option (1 200€) un système audio de très haute qualité signé Mark Levinson: comptez pas moins de 17 haut-parleurs répartis dans tout l’habitacle d’une puissance de 835W. Le rendu est tout simplement digne d’une salle de concert !

Au final, l’intérieur de cette RC300h est déconcertant : il ne ressemble en rien à ce que nous avons l’habitude de côtoyer. L’assemblage est bon, les matériaux également mais on ne peut s’empêcher de penser que l’habitacle semble vieillissant !

Un plaisir gommé :

Lexus est depuis plusieurs années passé maître de l'hybridation de ses voitures et pour cause, la marque est une filiale du groupe Toyota, précurseur des véhicules hybrides depuis la fin des années 1990 avec sa mythique Prius, premier modèle de grande série à voir le jour. Avec près de trente ans d'expérience en la matiére il se positionne comme leader dans ce segment.

Notre RC300h embarque un 4 cylindres en ligne de 2.5l qui développe 181 ch et 221 Nm à 4 000trs/min. Du côté électrique, le moteur développe quant à lui 143ch et un couple permanent de 300 Nm. Une fois de concert, moteurs thermique et électrique produisent 223 ch et 330 Nm.

Le 0 à 100km/h est annoncé en 8.6 secondes, pas de quoi vous coller au siége et pour cause, avec un rapport poids puissance de près de 8 kg pour 1 ch la RC300h est pénalisée par son poids de 1 775 kg. Sa vitesse maximale est de 190km/h.

Côté transmission, tout se fait via les roues arrières et par une boîte de vitesses automatique à variation continue pilotée électroniquement à 6 rapports. Petite explication: la boîte de vitesses CVT, présente sur tous les modèles hybrides du groupe Toyota, est une transmission du type "vitesse de vélo", c'est à dire que la boîte de vitesses peut modifier son ratio entre l'arbre de sortie du moteur et celui de la sortie de boîte de vitesses. Le système est plutôt facile à comprendre. Toutefois, si vous désirez plus d'informations, Google est votre ami !
Grâce à cette technique, pas besoin de double embrayage pour gommer les à-coups lors des passages de rapports mais, revers de la médaille, la conduite est linéaire et le plaisir n'est pas au rendez-vous. La prise en main demande un certain temps d'adaptation car vous ne retrouverez pas vos habitudes, pas de passage de rapport et surtout un régime moteur qui ne fait que monter, vous pourrez le constater dans notre vidéo en bas de page.

Notre modèle est équipé de la finition F-sport, ce qui lui offre de série la suspension variable adaptative (AVS) et un choix entre trois modes de conduite: Eco, Normal et Sport/Sport+. Le mode qui nous intéresse est le mode sport +. Dans ce mode, les suspensions se raffermissent, ce qui gomme légérement l'effet de roulis dans les virages car avec son poids la RC300h a tendance à s'écraser dans les virages et à faire l'effet bateau lors de succession de virages. En mode S et S+, nous n'avons pas constaté de réel changement, mise à part la suspension qui se raffermit et une pédale d'accélérateur plus sensible.

La RC300h n'a peut-être pas de très grandes prétentions sportives mais en qualité de routière elle excelle! Avec notre finition F-sport, elle reçoit de superbes siéges baquets en cuir, chauffants et ventilés, de quoi être détendu lors de longs trajets quelqu'en soit la durée. La suspension gomme efficacement les imperfections de la route.

Lexus annonce une consommation mixte de 4.7l/100km et une autonomie en full électrique de 3 kilomètres. Avec le mode EV, vous pouvez choisir de rouler en tout électrique selon vos désirs, en pratique ce mode est obsolète car à chaque accélération trop "brutale" le moteur thermique se remet en route et la vitesse limite pour ce mode est de 45km/h, pourquoi ne pas avoir plutot plafonné à 50km/h?! Nous décidons donc de laisser le mode ECO jouer pour nous. En ville, ce mode vous permettra de réduire votre consommation et de rouler le plus possible en électrique, la batterie se vide rapidement mais elle se recharge aussi rapidement grâce à la récupération d'énergie au freinage. Lors de notre essai, la consommation plafonnait à 6.3l/100km en cycle mixte. Pas mal pour une auto de plus de 1.7 tonne.


Encore un peu de travail :

La Lexus RC300h se positionne comme un coupé sportif dans la gamme des BMW série 4, Audi A5 et Mercedes-Benz Classe C coupé. Face à ses rivales européennes, la Lexus n'a pas à rougir car elle est la première de cette catégorie à proposer une version hybride dans sa gamme. La RC300h se démarque aussi avec un tarif plus doux que ses concurrentes, 47 470€ en entrée de gamme avec une liste d'équipements de série bien fournie, elle reste 2 500€ moins chère à puissance équivalente.

A l'intérieur, on remarque tout de suite cette console qui regroupe le système de climatisation ainsi que l'autoradio qui parait sortie d'une autre époque, elle nous fait penser à celle d'une R25! Dommage car cela casse la ligne et encombre le tableau de bord. En revanche, côté finition, rien à redire. La qualité des matériaux et de l'assemblage est d'excellente facture. On a adoré les superbes siéges baquets recouverts de cuir jaune de série sur la finition F-sport.

La RC300h embarque un quatre cylindres de 2.5l développant 181 ch, couplé au moteur électrique de 143 ch elle développe au total 223 ch. Avec un poids de plus de 1 700 kg, elle manque de nervosité et la boîte à variation lisse toute sensation de sportivité! Cette RC300h n'a définitivement pas un caractère sportif, juste la robe.
Pour remédier à cela, Lexus propose une version légérement plus puissante et moins lourde, la RC200t.
Equipée d'un 2.0l développant 245 ch pour un poids de 1 600 kg, elle vous propulsera de 0 à 100km/h en 7.5s soit une seconde de mieux que sa version hybride.

Pour les plus sportifs, Lexus ne vous a pas oublié avec la sulfureuse RC-F. Au programme, un V8 5.0l de 477 ch pour un 0 à 100km/h en 4.5s, de quoi taquiner les M3, RS5 et autre C63.

La RC300h est une excellente routière qui manque de tempérament sportif. Elle vient chatouiller les références européennes avec son look décalé mais malheureusement il reste du travail pour arriver à la rigeur allemande.




On a aimé:
- design extérieur
- confort
- consommation

On a moins aimé:
- boîte de vitesses CVT
- tableau de bord
- instrumentation vieillissante



Fiche technique:
Moteur: 4 cylindres en ligne
Cylindrée: 2 494 cm3
Puissance thermique: 181 ch
Puissance électrique: 143 ch
Puissance cumulée: 223 ch
Couple thermique: 221 Nm à 4 200 trs/min
Couple électrique: 300 Nm permanent
Poids: 1 775 kilos
Boîte de vitesses: automatique à variation continue


Performances:
0 à 100 km/h: 8.6 s
Vitesse max: 190 km/h
Consommation mixte: 4.7 l/100km


Tarifs:
Tarif de base: 47 470€
Modèle essayé: 59 095€




Publié le 26/07/2017